lundi 23 avril 2012

Faire 100 bornes à 10 m sol : épilogue ; c'est FAIT !

Beaucoup de choses à raconter ce soir après cette journée pour le moins atypique !

Cela fait 4 jours que je "piste" cette journée comme étant "la" journée favorable à faire les 100 bornes en CFD (2 points de contournement) sur une dune et sans dépasser 40 mètres !!! ; 4 jours que j'en parle, que je passe par des hauts, des bas, beaucoup de bas en terme de prévi météo !!!

Mais d'abord d'où vient cette idée ? Comment j'ai pu avoir l'idée et l'envie de pister ce genre de vol ? Ce n'est pas un hasard. Ce sont des vols déclarés à la CFD depuis 2010 qui m'ont donné envie : 31 Km, puis 42 Km, 59 Km, 63 Km, 66 Km, puis le 13 avril 87 Km ! Là je me suis dit c'est trop ! le jour où c'est bon et que je suis dispo, je vais voir !!!

Et puis cela participe à la vision que j'ai du parapente et à la multiplicité des pratiques que j'envisage : faire du vol montagne, du cross en plaine, de la compet et pourquoi pas du vol de dune ? Mais de là à faire 100 bornes...

Samedi soir : la déprime : les modèles météo changent, il va pleuvoir plus que prévu ; le vent reste OK, mais bon, c'est mal barré !
Dimanche matin à Pau : il pleut !
Seuls 2 courageux Arnaud et Christian sont assez fou pour venir chez moi me rejoindre et partir "voler" malgré le temps de merde et les prévi plus d'incertaines à 280 bornes de chez nous...

Sur le trajet : il pleut ! Notre pote Nico nous tél depuis Bordeaux : il pleut des trombes !!! Il est 10h. Il nous déconseille de rouler jusqu'à Hourtin et nous propose de faire plus court sur la dune du Pyla... Mais j'ai une seule idée en tête : les 100 bornes depuis 4 jours, alors la pluie... je m'en fou !

On arrive sur place à 12h : il pleut !!!! Au moins on est pas surpris !!!! Les locaux nous disent : il peut pleuvoir ; avez vous prévu les bâches en cas de grain pendant le vol... heu, non, j'ai une cape de pluie (celle achetée au Brésil), mais pas de bâche... cela promet !
On est accueillis par les locaux, super sympa. Un accueil chaleureux. Une bonne équipe super motivée malgré le temps. Alors c'est casse croûte à l'abri de la pluie dans des cabanes en construction près de la plage...en attendant de voler.

Là il pleut, il fait froid... bref le moral n'est pas au beau fixe.
J'ai l'estomac noué, je mange pas grand chose et dès que je vois qu'il ne pleut plus je pars prendre mon matos dans la voiture.... Et à ce moment là je me demande ce que je fous là ; j'ai pas envie d'aller voler et les 100 bornes, même pas en rêve...: c'est une dune de 20 m de haut, le vent est fort, il pleut souvent, des nuages gris partout et il fait froid...mais bon, je suis le 1er sur la plage à préparer mon matos mais sans trop savoir pourquoi !!!

Mais je suis motivé par mon objectif initial et un peu fou : faire 100 bornes !!!!


L'enregistrement de la balise du Pyla, 80 Km plus au sud, le même jour : sur le 1er graphique il s'agit du vent moyen sur 5 minutes ! Une bonne partie du vol avec 30 Km/h en vitesse moyenne sur 5 minutes.

 L'orientation du vent : en gros plein ouest, mais la ligne de dune n'est pas tout à fait ouest, elle est ouest nord ouest ; donc on remonte en partie face au vent travers dans les branches qui vont au sud.



Je décolle avec Jean Marc avec sa Boom 7 et c'est partit pour un vol... sans savoir quel en sera la finalité !


Déjà près de 25 bornes pour aller se mettre au départ du parcours CDF vers le Sud ; cela contre pas mal et des nuages bien gris tout autour... et puis j'ai mal aux bras, mal aux jambes... et c'est gris.

Une fois à Lacanau au sud c'est partit pour 4h30 de vol, poulies contre poulies avec l'IP6 en permanence !!!! Une expérience vraiment atypique !!! Et là une fois dans ma course je fais le vide, je suis concentré sur mon objectif ; plus le temps de douter.

Voilà à quoi ressemble les kilomètres avalés : une dune à perte de vue et personne ; la nature qui est là, présente, un peu angoissante ! car se faire mal là, et bien c'est pas anodin ! c'est loin de tout, cela ne passe plus en radio car trop éloigné : bref faut pas que cela se passe mal ! Et je me demande si une IP6 poulie contre poulies pendant 4h30 cela tient ! La réponse est oui ! Malgré les rafales de vent à près de 60 Km/h par moment...

 AnneLyse que je croise au retour de Lacanau !

Et l'Océan en permanence comme compagnon de route.

Là c'est Christine qui malheureusement a été obligé de se poser car elle a reculé derrière la dune lorsque cela a forcit ! Elle a sagement pris la décision de plier et de rentrer à pied : des kilomètres de marche sur la côte... J'avais beaucoup de peine pour elle à la vue de ce qu'il lui rester à faire à pied ; comme quoi, c'est pas si anodin que cela ce type de vol...

A la fin du vol, Papy qui fait de la résistance avec sa prostate !

Mon arrivée à la fin du vol !

Ouf ! près de 4h30 de vol pour 140 km parcourus !

Et 109 Km déclaré en CFD !!!

 

Le premier sentiment à la fin du vol : je suis crevé, j'ai des crampes aux cuisses (1ere fois depuis mes courses en montagne sur des trails de 80Km il y a bien longtemps...) ; je suis entamé ; les conditions n'étaient pas si simple que ce que je croyais au départ ; il faut lutter contre le vent dans un sens, et dans l'autre sens, cela va très vite, près de la dune, le moindre écart ne pardonne pas ; 4h30 à piloter aux B et à fond de barreau : c'est pas rien !


Un vrai beau souvenir, partagé avec des vrais passionnés de cet endroit autant sauvage qu'envoûtant ! Et l'accueil des locaux a été extraordinaire : sympa, conviviaux, heureux de partager de tel moments.  

Et pour finir, avec mes compagnons partis de Pau avec moi, Arnaud et Christian, bravant les doutes, nos avons profité de ce beau moment d'amitié et l'avons fêté dignement comme il se doit avec un bon armagnac !


2 commentaires:

AVENTURES'MUSIC a dit…

Belle démonstration d’atteinte d’objectif fixé !
De mon côté, il me reste de ce vol de merveilleux souvenirs de moments partagés et… des courbatures dues non seulement à l’accélérateur permanent (j’enviais ceux qui avaient des trims) mais aussi aux 5 km faits à pied à travers dunes et bois pour récupérer une route (la belle Sigma 8 ayant atteint ses limites face au vent forcissant).
Merci à toi d’y avoir cru et de nous avoir rassemblés sur cette journée.
Vivement la prochaine aventure parapentesque

Yannick a dit…

Joli coup !
Mais pas de regrets à la lecture de votre aventure, je pense que je vais attendre encore un peu avant de voler avec de telles conditions...
Bravo à tous les 3,

Yannick